lundi , 25 septembre 2017
Accueil » Economie » Transfert d’argent : le sénégalais Wari part à la conquête du marché mondial
Transfert d’argent : le sénégalais Wari part à la conquête du marché mondial

Transfert d’argent : le sénégalais Wari part à la conquête du marché mondial

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Le groupe spécialisé dans le transfert de fonds, Wari, vient d’intégrer la Commission Afrique de la Chambre de commerce américaine. La plateforme sénégalaise de services financiers, déjà bien implantée en Afrique, veut se faire une place de choix sur le marché mondial, notamment américain.

Le groupe Wari que rien ne semble pouvoir arrêter vient de franchir une nouvelle étape dans sa conquête du marché mondial. L’agrégateur de solutions digitales et polyvalentes vient d’acter, ce mardi 4 juillet, son adhésion au sein de la Commission Afrique de la Chambre de commerce américaine.

«Cette adhésion à la Commission Afrique de la Chambre de commerce américaine démontre l’envergure internationale que Wari prend dans ses activités et la vigueur économique dans laquelle se trouve le continent africain», indique dans un communiqué de presse, Kabirou Mbodje PDG de Wari.

A la conquête du marché mondial

Evoquant les perspectives de croissance du Continent, le fondateur de Wari, qui devient par ailleurs membre du Conseil d’administration de la Commission, a ajouté : «L’Afrique est en train de créer l’économie de demain, notamment dans le numérique». En adhérant à la commission Afrique de la chambre de commerce américaine, le Sénégalais rejoint ainsi la cour des géants du business africain, aux côtés du Nigérian Aliko Dangote, PDG de Dangote Group ou encore l’Angolaise Maria Abrantes «impératrice» de Banco Prestigio.

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Et dans ce club, Wari est le bienvenu comme le confirme Scott Eisner, président de la Commission Afrique et vice-président de la Chambre de commerce américaine: «Nous sommes fiers d’accueillir Wari et son fondateur Kabirou Mbodje au sein de la Commission Afrique de la Chambre de commerce américaine…».

Pour Scott Eisner, le modèle économique de Wari est une référence pour toutes les entreprises, notamment africaines, dans la mesure où le spécialiste sénégalais en paiement, recharge de crédit téléphonique, versement de pension, bourse ou salaire, et transfert d’argent, accompagne la transformation digitale des économies du continent.

Une opportunité d’affaires pour Wari

La Commission qui plaide pour un accent africain significatif dans l’agenda commercial de Washington est un Eldorado économique, un environnement propice pour les hommes d’affaires africains, puisque faciliter l’internationalisation des entreprises africaines, tout particulièrement leur intégration sur le marché américain, est l’une des ambitions phares de la Commission Afrique de la chambre de commerce américaine.

Il faut rappeler que la Chambre de commerce américaine est la fédération la plus importante au monde. C’est une association de plusieurs millions d’entreprises mondiales. Un terreau fertile pour l’accélérateur de l’inclusion financière sénégalais qui se positionne comme un acteur leader en Afrique et qui se développe à présent à l’international.

Déjà présente dans 60 pays «convaincus que le digital africain est porteur de croissance et de solutions globales», la «fabrique à sous» Wari, made in Senegal en 2008, a acquis en début d’année, «par patriotisme», Tigo, le deuxième opérateur de téléphonie mobile du pays de la teranga (hospitalité). Aujourd’hui, avec ses 500 000 points de service directs et affiliés présents dans plusieurs pays et des centaines de banques partenaires, Wari compte plus de deux cents millions d’utilisateurs et affiche davantage d’ambitions : le groupe sénégalais est en négociation pour s’offrir la banque SIAB au Togo et, apparemment, rien n’est démesuré pour Wari.