vendredi , 15 décembre 2017
Accueil » Politique » Candidat en 2019 : « Soldat » Talla et les « marteaux » d’une future défaite
Candidat en 2019 : « Soldat » Talla et les « marteaux » d’une future défaite

Candidat en 2019 : « Soldat » Talla et les « marteaux » d’une future défaite

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

À la surprise générale, Talla Sylla, maire de la ville de Thiès, a annoncé sa candidature pour la présidentielle de 2019. Une manière pour lui de faire face à un Président dont il a été un fervent opposant avant de devenir l’un de ses préférés laudateurs En effet, retranché dans son Thiès natal, il avait perdu de la vitesse et n’occupait le landerneau politique sénégalais que le temps d’un tube contre le Président Macky Sall. Comme il le faisait un moment contre Me Abdoulaye Wade.

Talla Sylla, puisque c’est de lui qu’il s’agit, s’est par la suite engagé aux côtés d’Idrissa Seck, homme tout puissant dans la capitale du rail. Derrière le patron de Rewmi, il s’est investi pour uniquement décrocher un strapontin qu’il semblait ne jamais pouvoir obtenir qu’en se liguant à celui qui gagne Thiès depuis plusieurs années. À la faveur des élections locales de 2014, c’est Idrissa Seck lui-même qui en fit le maire de cette ville du «refus».

Mais, quelque temps après, il a préféré se retourner contre ce dernier pour apporter son soutien à la coalition présidentielle, Bennoo Bokk Yaakaar. Homme politique atypique, il s’est ensuite pesé pour savoir ce qu’il vaut vraiment. Ayant déposé sa liste lors des dernières élections législatives, il n’a même pas pu gagner dans son propre bureau de vote. C’est cet homme politique, que les Sénégalais avaient fermement soutenu lors de son agression au «marteau», qui vient de déclarer sa candidature pour la présidentielle de 2019.

Ce qui est son droit le plus absolu. Seulement, après avoir perdu son parti Jëf Jël en prenant des décisions hâtives, comme lorsqu’il s’était agi de sa démission de l’Assemblée nationale (en tant que vice-président), il veut maintenant briguer le suffrage des Sénégalais pour espérer devenir le futur locataire de luxe du Palais de la République. N’est-ce pas là une candidature pour entrer dans le cercle des «récolteurs» de 0,..% ?

«Je poursuis le combat de toute une vie, que le mérite de mener vaut autant que celui de l’emporter. J’annonce ma candidature à l’élection présidentielle de 2019», a-t-il récemment déclaré. En tout cas, il est parti pour recevoir les coups de «marteaux» d’une prochaine défaite compte tenu de nombreux facteurs. À moins que…