jeudi , 19 octobre 2017
Accueil » La Une » Centre Talibou Dabo : L’Etat favorise l’handicape des apprenants
Centre Talibou Dabo : L’Etat favorise l’handicape des apprenants

Centre Talibou Dabo : L’Etat favorise l’handicape des apprenants

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Le Centre Talibou Dabo est en souffrance. C’est nos confrères d’En Quête, lu par Actunet, qui font le constat. Ledit centre est une institution publique d’éducation et de réadaptation pour enfants handicapés physiques. Mais voilà des années que son administration vivote.

Un de leurs principales revendications est l’obtention d’un bus pour transporter leurs apprenants. Ces derniers, qui ont une mobilité réduite, peinent à rallier le centre pour suivre les enseignements. Le Directeur Dr Issa Tall indique, à ce titre, que « l’année dernière beaucoup d’apprenants n’ont pu terminer l’année scolaire à cause du problème de bus ».

Cette année encore, la situation n’a pas changé. C’est pourquoi le démarrage des cours n’est pas encore effectif dans le Centre. « On voulait démarrer effectivement les cours, mais les moyens n’ont pas suivi (…)  Les cours ont timidement démarré parce que les élèves ont des difficultés pour venir tous les jours à l’école », renseigne l’administration.

Aussi, le Centre Talibou Dabou souffre de local adéquat. Prévu pour 16 mois, les travaux de construction du centre, qui ont démarré en 2013, tardent encore à être livrés. Conséquences, « les cours se passent dans des locaux inadéquates, en plus d’un problème de Ressources humaines et de financement. Nous recevons une subvention très en deçà de nos besoins », a informé le Dr Tall.

Le constat fait, c’est que l’Etat semble croisé les bras devant la souffrance du Centre Talibou Dabo. Malgré la baisse de l’engouement des mécènes, le centre survie grâce aux dons de certaines bonnes volontés.

« il y a, en effet, des bonnes volontés qui viennent en aide à l’école. D’ailleurs, si on arrive à assurer le minimum, c’est grâce à ces donateurs. Nous ne les remercierons jamais assez », révèle-t-on.